6

Lettre ouverte à ma compagne la crise.

Ma très chère crise,

Tu permets que je te tutoie ? Après tout, ça fait déjà quelques années que tu me suis au quotidien alors on peut dire qu’on se connaît bien maintenant.

Je dois avouer que, quand on m’a annoncé ton arrivée, je n’y croyais pas. Pourquoi un personnage d’envergure, aussi mondialement connu que toi s’intéresserait à moi, petite commerçante perdue au milieu de ma Bretagne. Je pensais sincèrement que tu ne me regarderais même pas ! Tu as mis le temps, mais tu es venue quand même. Apparemment, la région te plaît puisque tu t’y installes doucement mais sûrement.

Au début, tu te faisais discrète malgré ta popularité grandissante dans les médias. Tu le sais bien : nous, les bretons, on n’attache pas beaucoup d’importance à ce que disent les médias. Tes coups d’éclats aux Etats Unis ou en Grèce nous paraissent tellement loin ! C’était bien mal te connaître ! Force est de constater que tous ces reportages sur toi et tes frasques t’ont donné de l’assurance. Beaucoup trop d’assurance même ! Je dirais même de l’arrogance. Tu as réussi à t’insinuer sournoisement dans notre quotidien.

 1223922043LCt938

Je ne suis pas dupe tu sais : je vois clair dans ton jeu. Tu mènes un combat d’usure. Hop ! Un coup bas dans les côtes… tu nous laisses nous relever, respirer à nouveau et Paf ! Un bon coup de pieds dans les genoux. Une ou deux petites pichenettes par ci par là. A peine nous nous relevons que tu nous renvoies à terre. Ils sont nombreux ceux qui ont cessé le combat… Il faut avouer que tu es très forte à ce jeu ! D’autant plus que tu sembles t’être trouvé un compagnon… Il se défend bien Monsieur Météo ! Là, je suis obligée de le reconnaître, il t’a donné un sacré coup de main pour relancer ta popularité qui retombait un peu. Mais attention : même lui se fatiguera de toi ! Tu verras : un de ces jours, il te tournera le dos et le soleil dardera ses rayons destructeurs sur tes armes si bien préparées !

Alors je te préviens, la crise : tu ne m’auras pas à ce jeu là ! Qu’est ce que tu crois ? Que tu vas pouvoir tous nous abattre les uns après les autres et qu’on va se laisser faire ? Tu rêves ! Tu oublies que la qualité fondamentale de l’homme est justement de savoir surmonter les obstacles les plus difficiles. Alors que ce soit clair entre toi et moi : jamais je ne te laisserai m’avoir ! Jamais ! Et méfies toi de moi : il n’y a pas plus têtue qu’une bretonne !

 

wondermaman

0

je ne fume plus… je VAPOTE!

Eh oui, j’avoue tout: je suis une fumeuse abstinente. J’aurais bien dit « non fumeuse » ou « ex-fumeuse » mais je crois que, que je le veuille ou non, je resterai fumeuse toute ma vie. En revanche, j’ai enfin réussi à ne plus fumer de tabac!

En janvier dernier, bonnes résolutions obligent, je décide d’arrêter. Bon… dans un premier temps, je me commande surtout une cigarette électronique sur internet. Mon intention était de terminer tranquillement mon stock de tabac tout en passant progressivement à la vapote. Le lundi 14 janvier, je reçois ma commande. J’avais pris quelque chose qui ressemblait à une cigarette… un truc qui fait même une lumière rouge et un petit bruit de combustion. Je dois avouer que j’ai été bluffée: les sensations sont vraiment bien reproduites. On sent même la fumée passer dans la gorge. Le choix de parfums est large. Toute à mes essais, je n’ai pas fumé de tabac de la journée sans même m’en rendre compte! Du coup, je décide de ne plus refumer… après tout, n’ayant pas fumé du tout de la journée, ça aurait été dommage de reprendre le lendemain alors qu’une partie du processus était déjà faite!

cigarette-electronique-mini-elegante

Le sevrage 

Dans la cigarette électronique, on verse un peu de liquide aromatisé qui contient ou non de la nicotine. Du coup, les symptômes de sevrage sont très nettement réduits puisqu’on a quand même notre « dose » de nicotine. J’ai quand même remarqué, les premiers jours, que j’avais des difficultés à me concentrer et que j’étais assez fatiguée… MAIS je restais quand même d’une humeur vivable pour mon compagnon (contrairement à mes autres tentatives d’arrêt où je me transformais en dragon selon lui).

Cependant, je ne suis pas encore sevrée de la nicotine elle même… je crois que c’est une autre étape qu’il va falloir que je passe!

Comment ça marche?

GE DIGITAL CAMERA

La cigarette électronique se compose en général de:

– une batterie qui se recharge sur USB. La mienne me permet de tenir toute la journée sans problème. J’ai pris l’habitude de la brancher la nuit comme ça je suis tranquille pour le lendemain.

– un réservoir (le clearomizer) dans lequel on verse le liquide. Dans ce modèle, il y a une résistance dans le réservoir. Quand on appuie sur le bouton de la batterie, la résistance chauffe le liquide qui se transforme immédiatement en fumée.

– le petit bec (appelé « drip tip ») se visse sur le réservoir pour le fermer et permettre d’aspirer la fumée.

Pour ce qui est des liquides, vous trouverez un choix très large de parfums et de concentrations en nicotine. Moi, après plusieurs semaines de vapote, je reste sur mes parfums préférés: menthe arctique ou menthe chlorophylle. Pour ce qui est de la nicotine, je remplis mon réservoir au 3/4 de « 0 nicotine » et j’ajoute un peu de « 9 nicotine » pour avoir ma dose quand même. Je consomme en moyenne un flacon par semaine.

GE DIGITAL CAMERA

Quel modèle choisir?

Il existe plein de formes de cigarette électronique. Je n’en ai utilisé que deux et j’avoue avoir une nette préférence pour le modèle « type stardust ». Je trouve que c’est beaucoup plus efficace. Le remplissage est facile, on gère bien la quantité de liquide et la combustion se fait beaucoup mieux. Seul inconvénient: c’est gros et lourd! Quand on est habitué à ses petites cigarettes, ça fait bizarre sur le coup… mais on s’y habitue vite!

Et vous? vous vapotez?

wondermaman

2

La quiche sans pâte

Dans mes recettes fétiches, s’il y en a une que je ressors très souvent, c’est la quiche sans pâte. Il s’agit d’une recette récupérée chez ma maman. Je serais bien incapable de dire ou elle l’a récupérée elle même. En tout cas, pour de bon gourmands comme nous, c’est toujours un plaisir de la déguster.

Ce qu’il y a de bien avec cette recette, c’est qu’on met un peu ce qu’on veut dedans. Je désignerais donc par « garniture » tout ce que vous souhaiterez y mettre. Les possibilités sont assez immenses: lardons, champignons, échalotes, thon, noix de St Jacques, poireaux, petit pois, fromage de chèvre, Roquefort, etc. Par contre, n’hésitez pas à précuire vos ingrédients dans une poëlle avant de les incorporer dans la quiche!

La recette de base:

Ingrédients: 

– 125g. de farine

– 3 oeufs

– 125g. de gruyère (peut être remplacé par moitié par du comté)

– 3 verres de lait

– sel, poivre, herbes en fonction des envies

Mélanger, dans un saladier, la farine et les oeufs. Incorporer le lait froid en mélangeant. Ajouter le fromage rapé. Assaisonner.

Ajouter la garniture. Verser le tout dans un plat beurré.

Cuire 20 à 30 minutes à thermostat 7.

Servir tiède avec une petite salade.

GE DIGITAL CAMERA

 

crédit photo: wondermaman

 

Personnellement, ma version préférée est peut être la plus simple: lardons, oignons, champignons et un peu de vache qui rit. J’en fait une grande tarte comme ça je peut en congeler les parts pour ensuite les ressortir les soirs de flémmingite cuisinesque ^^

Bon appétit!

wondermaman

6

lire…

Quand j’ai appris à lire, au CP, comme tout le monde, c’est tout de suite devenu un jeu! Je lisais tout ce qui me passait sous la main. C’était merveilleux pour moi ce mystère des mots qui devenaient soudain quelque chose qui avait un sens!

Très vite, je suis passée à de « vrais livres ». Tu sais, ceux où il y a beaucoup de texte et peu d’images… Et j’en faisais même une fierté! Ben oui, je lisais des gros livres comme les grands moi! A l’époque je dévorais les « club des cinq », « clan des sept » et La Comtesse de Ségur. Je lisais le soir en cachette dans ma chambre quand je croyais que mes parents ne voyaient pas que ma lumière était allumée. Et je commençais déjà à développer mon côté semi insomniaque (en gros, j’ai surtout du mal à m’endormir avant 1h du mat… et à me lever le matin du coup!).

arton540

A l’adolescence, le livre était devenu un échappatoire… Quelque chose derrière quoi me cacher. Un autre monde, une autre vie. Il faut dire qu’au collège, j’étais plutôt une version du « vilain petit canard ». Comprend par là que je n’avais pas beaucoup (voire pas du tout) d’amis! Alors bon, pour tuer le temps pendant les récrées (surtout celle du midi qui était trèèèès longue), je lisais. Et puis le soir aussi, encore et toujours… C’était ma période Agatha Christie. Mais au bout d’une vingtaine de livres, je suis passée à autre chose parce que j’avais compris les mécanismes de l’auteure et je trouvais le coupable directement au début du livre!

Au lycée, j’ai eu des amis! Mais j’ai continué à lire le soir. C’était la fin des années 90 et la grande époque des X-Files. Et moi, je lisais du Stephen King. J’en ai tellement lu que je ne suis pas capable de dire combien… au moins une trentaine en tout cas! A ce moment là, je commençais à comprendre l’intérêt de la lecture intensive au quotidien: ça me donnait une certaine facilité avec l’orthographe et l’expression écrite (bien que je reste fondamentalement une « scientifique »).

Lecture

Pendant mes études, c’est resté une habitude… même quand je rentrais tard, j’avalais quand même quelques pages avant de dormir. Je pensais que c’était surtout parce que j’avais envie de lire la suite de mon roman. Un peu comme de la gourmandise quoi! Je n’intellectualisais pas vraiment la chose. Je me disais que, surement, un jour, je n’aurais plus le temps, plus l’envie de lire comme ça tous les soirs. Mon goût pour la littérature fantastique s’affirmait. J’étais à fond Anne Rice, vampires, sorcières et autres paranormaux. J’adorais aussi Marion Zimmer Bradley.

Puis j’ai acheté mon magasin, j’ai eu des enfants, j’ai commencé à travailler beaucoup beaucoup. Alors j’ai arrêté de lire me disant qu’il fallait que je privilégie le sommeil. Et là, j’ai constaté quelque chose que je n’avais pas du tout envisagé: quand je n’ai pas de livre en cours, je ne suis pas bien, stressée, triste, insomniaque malgré le manque de sommeil! Étrange non? Alors je reprend un livre (je suis à fond légendes arthuriennes et aussi Bernard Werber, mon chouchou). Je perds des heures et des heures de sommeil dans un roman et… je vais bien! Du coup, je me pose des questions: la lecture peut elle devenir une drogue? En tout cas, une chose est sûre: pour moi, c’est un sas de décompression essentiel! Finalement, c’est le seul moment de la journée où je lâche vraiment prise. Je m’évade, j’oublie mes soucis, je m’abrutis sur mon livre jusqu’à tomber de sommeil et m’écraser lamentablement sur mon oreiller.

en_pleine_lecture__169943

wondermaman

18

Je rêve…

Il n’y a pas à dire, tenir un blog, ça amène parfois à se poser les bonnes questions. Aujourd’hui, ce sont flying mama et papa blogueur qui mettent le bazar dans ma tête. Oui, finalement, de quoi je rêve moi aujourd’hui? Intense réflexion, ouverture de portes couvertes de toiles d’araignées dans mon cerveau, surchauffe… je m’autorise à rêver!

Je rêve de ne plus avoir mal au dos. De pouvoir me lever de ma chaise de bureau sans me demander s’il est judicieux de placer mon appui sur ma jambe droite.

Je rêve d’enfants obéissants et sages rien que pour une journée! Une merveilleuse journée avec plein de câlins et de moments de bonheur partagé sans seriner continuellement « laisse ton frère tranquille », « rends ça à ta soeur », « remets tes chaussures ».

579653_212664822210624_896309339_n

Illustration Fanala

Je rêve d’une soirée en amoureux tranquillement chez nous avec un petit plateau repas préparé pour nous deux et un bon film.

Je rêve d’aller à un concert et de danser comme une guedin comme quand j’avais 20 ans!

Je rêve d’un cookie de la boulangerie d’en face (d’ailleurs, j’y vais tiens!)

GE DIGITAL CAMERA

Je rêve de beaux cheveux toujours lumineux et maaaaaagnifiquement bouclés.

Je rêve de pouvoir passer un peu de temps avec certaines de mes amies que je n’ai pas encore pu rencontrer (ou que je ne vois pas assez souvent).

Je rêve d’une super yaourtière qui fait des yaourts, du fromage blanc et des desserts… Comment? Elle arrive jeudi? C’est trop bien la fête des mères ^^

Je rêve d’avoir le temps de faire tout ce que je voudrais aussi bien qu’il le faudrait.

Je rêve de SOLEIL!!!!


soleil

Et vous? De quoi rêvez vous?

Wondermaman

1

Séries Mania # 3 : The Following

 © Warner Bros. Television

© Warner Bros. Television

Vendredi, je me rends dans une petite salle pour voir les deux premiers épisodes de The Following. Je n’en avais jamais entendu parler mais le scénario me fait un peu penser au film Dragon Rouge (oui encore !) et puis Kevin Bacon, joue dedans et j’avoue j’aime beaucoup Kevin bacon 😉 On retrouve l’acteur de Hollow Man  et Footloose pour la première fois dans un rôle récurent dans une série. Peut-être le succès de sa femme, Kyra Sedgwick, dans la série The Closer (et dont il a réalisé certains épisodes)  lui a donné des envies ?

Avant la séance, Caroline Veunac, journaliste spécialisée en Séries TV, visiblement impressionnée de parler devant une salle remplie, nous fait une petite apologie de la série. Elle nous parle du réalisateur, Kevin Williamson connu pour avoir écrit et réalisé le célèbre Scream mais aussi dans un autre genre, avoir été l’auteur des scénarii de Dawson. Elle semble vraiment fan et nous promet des cliffhanger de ouf à la fin de chaque épisode… On verra ça !

Souci elle a tendance à trop en dire en nous parlant d’un trio amoureux entre l’enquêteur, le tueur et une fille. Résultat pendant tout le début du premier épisode dès que je vois une nana je me dis : « c’est elle ? C’est elle ? » Bref ça m’a accaparé un peu l’esprit au lieu de pleinement apprécier la nouveauté de la série… et ça j’apprécie moyen.

Le speech :

The Following, série américaine de Kevin Williamson, avec Kevin Bacon et James Purefoy, 2013 (15 x 42 minutes, 1 saison)

Quand le tueur en série Joe Carroll s’évade de prison, l’agent du FBI responsable de sa capture doit reprendre du service. Mais il ignore qu’en neuf ans, Carroll est parvenu à recruter un réseau de fidèles prêts à poursuivre son oeuvre…Par l’auteur de Scream, un thriller sous haute tension où la relation obsessionnelle des deux protagonistes n’est pas sans rappeler le mythe d’Hannibal Lecter.

20106441.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce que j’en ai pensé :

On entre bien dans l’histoire. Le principe de la secte de tueurs c’est assez fun. Bon ils sont juste un peu saoulant à répéter 20 fois dans la série non faut pas dire « secte » ni « adepte »… Une blague sur le politiquement correct pas drôle ? Je sais pas. N’empêche que c’est bien une secte zut !

Sinon Kevin Bacon a pris un petit coup de vieux … et il surjoue parfois. Ça pique les yeux. Ne vous inquiétez je ne vous spoile pas, on le sait dès le début : son personnage a été blessé à la poitrine et depuis il porte un pacemaker. Ok ton personnage a un pacemaker mais faut pas non plus que tu donnes l’impression de mourir à chaque fois qu’il faut courir sur 20 mètres… ça frise un peu le ridicule…

Il y a aussi à un moment dans la prison un effet de manches, enfin de « bracelets de prisonniers » censé nous faire sursauter… sauf que ça marche pas alors ils recommencent 2 secondes après puis encore une fois… Euh comme vous dire. Si ça a pas marché la première fois, faut pas recommencer dans la foulée c’est un poil ridicule… Il y a aussi des gros plans sur les visages qui ne servent à rien. Tu te dis juste euh ouaih c’est quoi le but ?

Au niveau psychologie des personnages ça reste un peu light disons… très facile, à l’américaine. Tout est noir ou blanc, bien ou mal et le gris bah ça existe pas mon petit bonhomme…

Par contre c’est pas mal de découvrir au fur et à mesure comment le tueur a recruté ses adeptes et les voir se « jeter à l’eau ». Par contre j’avoue autant le cliffhanger à la fin du 1er épisode est assez puissant autant celui à la fin du 2e est un peu ridicule.

Il y a un personnage aussi que j’aime bien dans cette série, le petit jeune du FBI qui l’air de rien s’y connait bien.. Et puis il met un peu d’humour dans tout ça. Un moment il a une réplique que j’ai trouvé top: « Tuer des gens je peux comprendre mais des chiens ! ». Il y en a que ça a fait marré dans la salle mais moi je l’ai pris entièrement au premier degré car je suis tout à fait d’accord. (Oui c’est le moment de me jeter des tomates pourries ! bah désolée mais les gens peuvent plus facilement se défendre que des pauvres chiens zut ). L’acteur c’est Shawn Ashmore , vu dans Xmen où il joue le jeune Bobby Drake/Iceberg. (J’en ferais bien mon 4 heures… En plus il a mon âge ! Que de coïncidences !!)

 © Warner Bros. Television

© Warner Bros. Television

Bref une série pas vraiment violente avec une bonne idée de base  mais un jeu d’acteurs et une réalisation assez moyenne… bon pas sûr que le scénario non plus nous tienne en haleine pendant de nombreux épisodes. Disons que c’est un honnête divertissement si on a rien de mieux à se mettre sous la dent !

Ma note : 2,5/5

Pour ceux que ça tente, voici le teaser…

1

Séries Mania # 2 : Hannibal

© Gaumont International Television

© Gaumont International Television

Mardi j’arrive à 20 h 50 pour ma première projection dans le cadre du festival Séries Mania : « Hannibal ». La série est diffusée dans la plus grande salle. Elle n’est pas complètement remplie… mais quand même ! Arrivée juste 10 minutes avant la séance je me retrouve devant l’écran sur un des côtés de la salle, je suis bonne pour un torticolis pendant la projection. Peu importe je regarderai la série de diagonale et alors !

Le speech :

Hannibal, série américaine, de Thomas Harris et Bryan Fuller, avec Hugh Dancy, Mads Mikkelsen, Caroline Dhavernas, Laurence Fishburne
Cette nouvelle série de Bryan Fuller (Pushing Daisies) revient sur les années de jeunesse en tant que psychiatre du célèbre serial killer Hannibal Lecter – interprété ici par le charismatique danois Mads Mikkelsen – et sur sa relation fascinante avec le jeune profiler du FBI Will Graham. Portée par une esthétique de la mort raffinée et perturbante, cette série est sans conteste l’une des plus attendues de l’année.

Ce que j’en ai pensé :

J’étais super impatiente car j’en avais beaucoup entendu parlé. Et surtout l’énigmatique Mads Mikkelsen y reprend le rôle du célèbre Hannibal Lecter, le psychiatre cannibale. Je suis devenue une grande fidèle de cet acteur depuis que je l’ai vu crever l’écran dans « la Chasse » (que je ne saurai trop vous recommander malgré le sujet délicat qu’il aborde : un homme travaillant dans une école maternelle est accusé de pédophilie et voit son monde s’écrouler). Déjà fan des films avec Anthony Hopkins, je savais que le défi était difficile à relever. La série est présenté par Léo Soesanto, journaliste aux Inrockuptibles, qui visiblement est aussi fan que moi. Il nous prévient que la série est hyperviolente. (Pff même pas peur !) Mais digne héritière des films (ouf!)

Chutttt ! Le noir se fait. Ça commence… Je trouve que la psychologie des personnages est très bien travaillée. (J’adore ça dans les séries, films et livres) On ne voit pas les crimes être commis mais on constate le résultat et c’est vrai que ce n’est pas beau à voir ! L’épisode 2 en particulier est particulièrement gore (il y est question de champignons je n’en dirais pas plus…) Ce qui est intéressant aussi c’est que les criminels ont des motifs presque compréhensibles et ne font pas ça juste pour faire du mal… A chaque épisode, un nouveau tueur en série est poursuivi. Pendant ce temps là les personnages principaux évoluent.

© Gaumont International Television

Mads Mikkelsen revêt un masque de cire et reste imperméable à toute émotion mais on voit bien que dans sa tête ça gamberge. Il s’amuse vraiment à « aiguiller»  le FBI sur une piste (bonne ou mauvaise). A l’opposé le consultant du FBI Will Graham (interprété par Edward Norton dans le film « Dragon Rouge ») est une vraie éponge à sentiments et limite autiste. Il entre littéralement dans la peau des tueurs et vit leurs meurtres jusqu’à se perdre lui-même. Le face-à-face entre les deux personnages est passionnant et après les 2 premiers épisodes j’ai hâte de voir la suite !

Moments « humour » : régulièrement on voit le Dr Lecter se préparer un bon petit plat et le déguster avec délectation. Steak de bœuf ou bifteck de jolie blonde le doute persiste et c’est d’autant plus intéressant quand il invite les agents du FBI à dîner… A suivre donc !

Ma note : 4,5/5

Supernana